Lettre ouverte à un duo de choc: la RATP et la SNCF...

Mes chères, très chères RATP et SNCF, En ce mardi soir, je ne pouvais décemment pas continuer ma semaine sans vous écrire ces quelques phrases.

Vous avez la gentillesse, que dis-je gentillesse, la grande bonté de faire de mes semaines de travail des journées riches en émotions et il me paraît essentiel et naturel de vous remercier pour votre générosité à mon égard.

Il faut reconnaître que vous ne ménagez pas votre peine. Au moins trois fois par jour, de préférence le matin juste avant que je ne parte de chez moi et le soir quelques instants avant que je ne quitte le bureau, vous vous appliquez à rédiger la plus belle des alertes, faisant ainsi doucement tinter mon téléphone pour me prévenir que je vais avoir l'immense plaisir de voyager kolé séré avec une ribambelle de gens que je ne connais pas ou peu, plus ou moins souriants, dans un wagon plus ou moins accueillant. Je suis désolée de ne pas pouvoir être plus précise sur mes conditions de voyage quotidiennes, mais voyez vous elles sont malheureusement comme vos conditions de circulation des trains: très aléatoires.

 

Bon, comme je suis sympathique, je vais quand même vous imager mon propos. Voilà à quoi ressemble régulièrement le quai de gare:

 

 

Ahhh la chaleur humaine... qui a dit que ça se faisait rare de nos jours?

 

En parlant d'alerte, Mesdames et Messieurs les dirigeants de la SNCF et de la RATP, il faut que je vous dise... Il se produit très régulièrement sur vos infrastructures ferroviaires un phénomène étrange et qui pourrait être digne des meilleures intrigues de ce cher Pierre Bellemare. Attention, installez-vous bien dans vos fauteuils car ce qui va suivre est déroutant...:

 

Nous, usagers des transports en commun, sommes informés plusieurs fois par an que des travaux de rénovation des voies, des quais, des équipements électriques et autres matériels vont avoir lieu et affecter la circulation des trains. Soit.

Sincèrement, personnellement, à chaque fois, je me dis "Et merde, j'ai encore pas de train...". J'étudie alors avec la plus grande concentration les horaires des trains en circulation pour les semaines à venir et tente de trouver une solution pour arriver à l'heure au bureau le matin et ne pas être en retard le soir pour récupérer Pomme d'Amour et La Sauterelle chez la nounou et à l'école. Ensuite je pleure, parce que je me rends compte que je vais me prendre 20 minutes de plus sur mon trajet habituel. Et 20 minutes, croyez-moi, ça fait bien chier quand on a déjà au minimum 1h de transport par trajet en temps normal. Parfois je pleure avant même d'avoir commencé à étudier les nouveaux horaires des trains, parce que j'en ai marre (vous me coûtez un de ces fric pour tous les mouchoirs utilisés si vous saviez!!) Finalement, je me ressaisis (vous avez raison, je suis trop sensible) et je vois le bon côté des choses: "Ahhhh enfin des travaux qui vont me permettre d’avoir une gare agréable et surtout des trains à l’heure et qui ne tombent pas en carafe tous les deux jours".

Dans ces moments-là, j’arrive même à reconnaître une certaine légitimité à la hausse du prix de l’abonnement que je me prends en pleine face une, voire deux fois par an, c’est vous dire si je suis compréhensive (ou conne, j'hésite).

 

Après des jours, parfois des semaines de travaux, arrive enfin le grand jour où les interventions sont terminées et où les trains reprennent leurs horaires habituels. Je mets un pied dans ma gare, impatiente à l'idée de constater de fantastiques améliorations dans le service que vous me fournissez et là, un joli message défile sur les écrans. Vous savez, ce petit bandeau jaune tout en bas de l’écran:

 

C'est drôle, j'ai beau être myope comme une taupe, je le repère à des dizaines de mètres et il me donne direct envie de me jeter sous le prochain train (oui, c'est vrai, encore faut-il qu'il y en ait un). Comme je n'ai pas envie de mettre dans la merde les autres usagers avec un suicide sur la voie et qu'en plus j'aime ma famille et ma vie en général, je ne commets pas l'irréparable. Et alors là, ce bandeau de texte défilant, c'est juste du pur bonheur. Si j'avais réussi à trouver autant d'excuses différentes pour justifier mes absences lorsque je séchais les cours en seconde, je n'aurais certainement pas redoublé. Je ne résiste pas à l'envie de vous en faire profiter; en voici un florilège (au passage, dites moi, celui qui écrit ces messages sur le bandeau, serait-il possible de lui fournir un dico ou un Bescherelle? Parce que parfois, vraiment, orthographiquement parlant, ça pique les yeux. Pour le coup, je vais être sympa je vais vous épargner les fautes):

 

  • Trafic perturbé suite à un problème affectant les voies
  • Trafic interrompu suite à un train en panne
  • En raison d'un incident d'exploitation, nous sommes contraints d'annuler le train
  • Défaut de signalisation, trafic fortement perturbé sur l'ensemble de la ligne
  • Suite à un retard dans les travaux de nuit, le trafic est interrompu
  • En raison d'un problème d'acheminement du personnel à bord du train, des retards sont à prévoir

 

Je m'adresse donc à vous, chers dirigeants: pourriez-vous résoudre cette énigme: comment se fait-il qu'il y ait constamment des travaux sur les lignes, que nous payions toujours plus cher nos abonnements/billets et que votre prestation de service soit toujours autant, voire même encore plus, pourrie de chez pourrie??? Vous admettrez que tout cela est étrange et inquiétant non?

 

Concernant les contrôles de titres de transport que vous effectuez à tour de bras dans les gares, sachez que je trouve ça normal. Frauder, c'est mal. C'est vrai. Nous sommes d'accord vous et moi. En revanche, est-ce que vous ne feriez pas par hasard exprès de les faire les jours où il y a des problèmes de circulation des trains, juste histoire de nous permettre de louper LE train qu'on essayait d'avoir au moment de notre correspondance au terme d'une course effrénée en talons haut? (Non mais je demande juste hein...parce que ça, à chaque fois, c'est tellement énorme que ça mériterait une médaille au titre du plus beau foutage de gueule des usagers quoi). Ah, au passage, vous me devez 3 paires de chaussures à talons. Je chausse du 40.  8 cm de hauteur de talon ce sera parfait. Noir, c'est passe partout, nickel pour mon job. Merci d'avance.

 

A ce sujet tiens, je vais vous en raconter une bien bonne. Il y a quelques mois, je pars de chez moi, direction ma gare habituelle.

Je prends mon train. Je fais ma correspondance pour prendre mon rer. En cherchant mon téléphone dans mon sac à main, je me rends compte que j'avais oublié mon pass Navigo. Précision qui a son importance: mon pass Navigo, c'est un abonnement annuel et je le paie tous les mois par prélèvement automatique sur mon compte bancaire. A ce moment-là je me dis qu'avec la chance que j'ai, les contrôleurs seront postés à la sortie de ma gare d'arrivée. Bingo! (quelle petite veinarde hein! J'aurais peut-être dû jouer à l'Euromillions ce jour-là). Je me dirige alors de moi-même auprès d'un contrôleur souriant pour lui expliquer que j'ai oublié mon pass chez moi mais que j'ai un abonnement annuel. A ma grande surprise, il n'a aucun moyen de vérifier que je suis bien titulaire dudit abonnement. A l'ère du numérique, je trouve ça surprenant, mais bon, passons. Il m'indique donc que je dois payer une amende de 50 € pour défaut de titre de transport. Pas de problème, je dégaine ma carte bleue et je paie sans sourciller (parce que je sais que lui il n'y est pour rien et que je ne vais pas m'en prendre à ce gentil monsieur qui doit déjà se faire insulter assez comme ça dans sa journée par des usagers moins compréhensifs. Et puis parce que j'ai pas envie d'arriver en retard au bureau, déjà que la journée va me coûter cher avec cette amende). Lorsque je lui demande si je peux aller présenter mon pass dans une agence pour prouver la véracité de mes propos et ainsi me faire rembourser, il m'explique que c'est impossible, mais que je peux toujours envoyer un courrier au service client avec une copie de mon amende pour tenter d'obtenir un remboursement. Le terme "tenter" m'interpelle, puisqu'il me semble qu'il n'a rien à faire dans cette phrase. Et oui, soyons logique: je paie mon abonnement tous les mois par prélèvement automatique, donc je ne suis pas une fraudeuse. Donc si je prouve que j'ai bien un abonnement et que le prélèvement est bien passé, on me DOIT mes 50 €... vous me suivez?? Il me précise bien d'envoyer mon courrier en recommandé, sinon il risque d'être perdu (ah bon? parce que tous les courriers qui ne sont pas affranchis en recommandé sont forcément perdus? Comme c'est bizarre ça...!)

 

Quelques jours plus tard, je rédige donc mon beau courrier en expliquant tout cela et en joignant la copie de mon amende et la copie de mon ticket de carte bleue.

Un mois plus tard, je reçois un courrier simple de la SNCF (bizarrement, ce courrier là, La Poste ne l'a pas perdu...) me disant que pour pouvoir étudier ma demande, il fallait que j'envoie l'original de mon amende. Je ris jaune, mais pas de problème, étrangement j'avais prévu le coup et le fameux original était bien au chaud dans mon porte monnaie. Je renvoie donc un deuxième courrier recommandé avec cet original. J'en suis donc à + de 9 € de frais d'envois.

Un mois plus tard, réponse de la SNCF: "nous accédons à votre demande et vous trouverez ainsi sous ce pli un remboursement à hauteur de 40 € (amende forfaitaire - 10 € de frais de dossier) sous forme de bons d'achats SNCF valables pour l'achat de titres de transport pour des trajets en Ile de France uniquement".

Vous avez du mal à y croire, pas de panique, je vous l'ai gardé bien au chaud celui-là aussi! Le voici:

 

Alors, heuuuu... comment vous dire... VOUS VOUS FOUTRIEZ PAS DE MA GUEULE PAR HASARD NON??? (oupsss pardon je m'emballe...)

Je paie 50 € d'amende + 10 € de frais d'envoi en recommandé, et c'est vous qui me déduisez des frais de dossier? Et pour couronner le tout, vous me filez des bons d'achat pour acheter des titres de transport valable en Ile de France alors que j'ai un pass dézoné annuel??? Y'a pas un truc qui vous interpelle là? Est-ce que sur mon front y'a écrit "je suis la banque de la SNCF"???

 

Bon, vous l'aurez compris, je suis un peu agacée. Si peu. Trois fois rien...

 

Cela étant dit, je suis en colère après vous, mais je dois être honnête, pas seulement après vous, à la tête de vos entreprises.

je ne peux pas m'empêcher de m'adresser maintenant également à vous, personnel actuellement gréviste de la RATP et de la SNCF.

Je comprends que vous soyez mécontents. Je le suis tout comme vous. Moi aussi, les négociations annuelles obligatoires conclues dans ma boîte ne m’ont pas donné entière satisfaction. Moi aussi j’ai bossé dur toute l’année et j’aurais bien voulu avoir plus de reconnaissance. Moi aussi je trouve que la loi travail envisagée par le gouvernement est une aberration. Mais franchement, en faisant grève continuellement comme vous le faites, vous n’avez pas l’impression que c’est NOUS que vous foutez dans la merde et non pas le gouvernement ? Avez-vous conscience que le NOUS dont je parle c’est moi, mais ça peut être votre frère, votre sœur, votre mère, votre père, votre pote, votre enfant qui va bientôt passer son bac, ou je ne sais qui d’autre qui compte pour vous ? Je n’en ai pas l’impression. Comment pensez-vous que l’on puisse expliquer à notre employeur qu’on est en retard tous les jours à cause des transports qui sont en grève ? Est-ce qu’il vous est venu à l’idée que des gens peuvent perdre leur emploi à cause de leurs retards répétés à leur boulot à cause de vous ? Je ne crois pas non. Est-ce que vous croyez qu’on a tous la possibilité de partir plus tôt de chez nous pour prendre le train ? Vous croyez que mes gamines je peux les larguer à l’école et chez la nounou à 6h du matin pour me rendre à la gare plus tôt ? Et bien non ! Vous croyez que ça m’éclate de me farcir du temps de transport supplémentaire, dans un train bondé, matin et soir ? Non plus !

Je pense que les raisons de votre lutte sont justifiées, mais que votre lutte est égoïste.

 

Ce soir, je suis crevée. Comme tous les soirs depuis des jours et des jours. Visiblement ce n'est pas fini. Et je ne vous dis pas merci.

 

Comme dirait l'excellent Kyan:

 

Bref. Aujourd'hui, j'ai pris le métro.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 7
  • #1

    petronille (mercredi, 25 mai 2016 10:06)

    Bravo, très bien écrit, subtil et fin. Ras le bol des grèves à répétitions, des grèves déguisées voire des dysfonctionnements de la SNCF..... c'est à la direction que je m'adresse surtout, si elle faisait le nécessaire, il n'y aurait pas un processus de cascade qui amènent les salariés SNCF à gêner les usagers...

  • #2

    ondediane (vendredi, 27 mai 2016 17:04)

    superbement écrit

  • #3

    Tiny (mercredi, 01 juin 2016 09:36)

    D'ailleurs le bon de " remboursement qui et sencer Être 40 euros et ecris 30 euros en dessous .. Arnaque jusqu au bout ?

  • #4

    Mominzecity (mercredi, 01 juin 2016 09:47)

    Merci pour les compliments sur mon style d'écriture :-)
    Concernant le bon, j'en ai deux, un de 30€ et un de 10€ (j'ose espérer qu'ils n'auraient pas été jusqu'à pousser le vice aussi loin quand même!)

  • #5

    Isa (jeudi, 02 juin 2016 09:34)

    Excellent

  • #6

    Marie (jeudi, 02 juin 2016 21:32)

    Juste de la pure vérité et très très bien ecrit. Quel courage, mieux qu'un roman.

  • #7

    Mominzecity (jeudi, 02 juin 2016 21:50)

    Waouuuh merci pour les compliments suis touchée et ravie que ça vous plaise :-) J'écris toujours avec mon coeur...